Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 octobre 2015

L'histoire de ma vie !

Oh woopidoo ! Je voudrais marcher comme vous... et parler comme vous, faire comme vous, tout ...

Un singe comme moi pourrait, je crois, être parfois bien plus humain qu'vous... !

 

King Louis, le livre de la jungle

mercredi, 09 septembre 2015

Blessures du passé

Les cicatrices nous rappellent d'où nous venons ; elle ne doivent pas nous dicter où nous allons.

jeudi, 04 juin 2015

LE mot du jour

Nycthémère. Masculin

"Période de vingt-quatre heures correspondant à la succession d’une nuit et d’un jour."

 Et mon insulte préférée à partir d'aujourd'hui.

Chansonnette du matin

6h17. Plus que 1h43 et je retrouve mon lit. Pour le moment, je suis à mon poste, de nuit, au SAMU.

Les oiseaux se réveillent, en même temps que le soleil se lève, et dans notre salle de régulation, les fenêtres donnent sur un carré de verdure qui semblent être le point de ralliement de toute la faune ailée du quartier.

Je m'installe deux minutes à cette fenêtre, l'air frais me réveillant un peu moi aussi (j'en ai besoin, je suis là depuis la veille au soir), et je les entends qui piaillent par centaines. C'est vraiment marrant en fait, mais que peuvent-ils bien se dire ?!

Ils ont forcément des informations capitales à se communiquer, ils s'engueulent, ils rient, il se racontent leurs frayeurs et leur nuit ... Ou alors...

Peut-être rien. Mais je ne crois pas. A ma connaissance, seul l'être humain est capable d'être aussi bavard pour ne rien dire ! 

samedi, 03 juillet 2010

De l'origine du rouge à lèvres

J'ai pris ce matin connaissance de l'origine du rouge à lèvres...

 

Rouge à Lèvres_40175.jpg

 

Paraitrait que les Egyptiens, déjà, en utilisaient... Pour "imiter l'aspect des parties génitales féminines en état d'excitation".


Je ne verrai plus jamais mon rouge à lèvres de la même façon.

LAG171.4464.JPG

 

Oo

mercredi, 03 février 2010

Hautetfort : Chrome vs Firefox

Je viens de me rendre compte d'une chose...

Ca fait quelques temps maintenant que j'ai changé de navigateur Internet en passant de Mozilla Firefox à Google Chrome.

J'aime beaucoup la simplicité de Chrome : on ne s'embarrasse pas de plusieurs espaces de texte, désormais la barre d'adresse sert également de champ du moteur de recherche ; tout est simplifié et comme le navigateur est plus léger, il est beaucoup plus rapide...


 

firechrome.jpg


Oui, sauf que voilà, c'est la 4e fois qu'un site m'avertit que le navigateur n'est pas adapté à ses scripts ou je ne sais quoi...

Avant ça m'était un peu égal dans la mesure où ça ne m'empêchait pas d'arriver à mes fins... Mais rédiger un article sur mon blog sans pouvoir changer ni couleur ni taille ni police, ça devient lassant ...

 

Me voilà donc de retour avec Firefox, en ce qui concerne ma verve blogueuse, pour le reste, je continue de faire confiance à la pokeball :p

mardi, 02 février 2010

Coup de gueule sans conséquence, sans conscience


Sans déconner, qui est le con qu'a inventé l'Amour ? Pas le fleuve hein, je parle bel et bien de cette satanée dépendance affective qui tue tout le monde à petit ou moyen feu.Coeurd_amour.jpg

Non que j'abhorre l'Amour, mais sérieusement, le mec qui s'est dit un jour « allez aujourd'hui je m'y mets, je vais créer un truc mon gars tu vas en redemander au p'tit déj' et au dîner, et si t'en as plus ben t'auras envie de te foutre par la fenêtre !! », l'aurait p'tet fallu l'empêcher de nuire celui-là, non ?

Si encore c'était une substance illicite que la bienséance voulait prohiber, on saurait pourquoi on souffre quand on en manque, ça construit, ce genre de choses. Mais noooon !! Il fallait que ce soit une prérogative au bonheur, le but principal de toute une vie, de toutes les vies...


poeme-amour-coeur1.jpgEvidemment, l'Amour est sans doute une bonne chose la plupart du temps, quand il est familial, quand il est amical, mais encore et surtout, quand il est réciproque !! Je ne vous parle pas de ces Amours là, moi je vous parle de celui qui fait crever, aimer à sens unique, ou avoir connu l'amour et le voir disparaître, ou voir les garçons et les filles de son âge se promener dans la main deux par deux alors qu'on n'a jamais connu ça, savoir pertinemment que l'on ne connaitra jamais les sensations que procureront un premier baiser...

A vrai dire, même un dernier, ça irait.


Etre petit dans un monde qui ne veut que des GRANDS,
gros
dans un monde qui ne veut que des maigres,
bleu dans un monde qui ne veut que des verts...

Pour la vie. A jamais.

On aime sa famille, mais la famille ça vit sa vie aussi ... Les parents, ça s'en va avant vous. Et quand ils sont partis, que se passe-t-il ? On peut avoir des amis qu'on aime et qui nous aime, mais qui eux aussi vivent leur propre vie, amoureuse  pour la plupart...

Quels jurés, quel juge pourra prononcer une sentence contre la nature et engager quelqu'un pour vous aimer sincèrement ? Où qu'elle est cette justice universelle et insondable qui fera que tout le monde y trouve son compte ?
Doit-on à jamais courir après des sentiments, quitte à se satisfaire de tout ce qu'on pourra trouver, même si la passion ne sera pas au rendez-vous ?


Je ne sais pas, et pourtant "j'aimerais"

vendredi, 01 août 2008

Veni Vidi Vici

En me préparant ce matin j'ai mis la chaine de télé pour les enfants "Gulli", et je suis tombée sur "Il était une fois l'Homme".

Episode de Jules César.

Et de Vercingétorix, vaincu, déposant les armes à ses pieds, à Alesia.

Ce qui me fait penser à Astérix, le 12 travaux je crois, qui montre justement cette scène avec les armes tombant sur les pieds de César qui se tord de douleur ensuite.

Alors, du coup, je me demande... Si tout ça s'est effectivement passé (non que j'en doute fortement, mais l'hésitation subsiste toujours), dans la vraie vie je veuxdire hein, comment cela s'est-il déroulé? Vercingetorix était-il à proximité de Jules ? Les confrontations de l'époque étaient sans doute plus ... disons... "humainement affrontales", et donc il serait possible que ça se soit passé dans les mêmes conditions que celles décrites façon Uderzo/Goscinny ? Et dans ce cas précis, comment aurait réagi César? Montrer que l'on s'est fait mal au pied, ce n'est pas digne d'un empereur, mais faire face à la douleur, c'est difficile... Alors quoi ? Les gardes l'auraient attaqué directement après ce signe hostile ?

C'était la question historique du matin ^^ Faut j'me dépêche, je vais (encore) être en retard, bonne journée les gens :)

vendredi, 04 juillet 2008

Idée de déjà vu

L'autre soir je regardais "Le sixième jour", film de science fiction avec un Arnold Schwarzenegger cloné et en pleine forme, et dans ce film, quand les méchants se font tuer, on les clone pour qu'ils revivent avec la mémoire "de jusqu'à la dernière seconde de leur ancienne vie".

Du coup celui qui s'est fait écraser par une voiture a très mal au torse quand il se "réveille", tout comme celui qui se fait briser la nuque a très mal au cou une fois cloné. Il trouve cela étrange, et sa copine méchante lui dit que c parce que son cerveau a enregistré le mal qu'il a eu dans son ancienne vie, et qu'il la transfère même s'il n'a rien ni au thorax ni à la nuque... En gros, son cerveau a dans sa mémoire qu'il s'est fait briser la nuque, donc il lui traduit la douleur même s'il n'y a pas de mal...

Quand cette scène a eu lieu, je me suis demandé pourquoi ça m'était si familier... Evidemment, c'est très étrange, parce que je suis pas clonée o_O (On m'aurait menti ??!!)

D'où peut bien provenir cette idée de "déjà vu" ? Eh bien finalement après une longue et mûre reflexion (si si je vous assure), je crois que le lien magique entre moi et cette impression, ce sont mes rêves...: il m'arrive de faire des rêves dans lesquels je plonge profondément, si profondément en fait que j'ai du mal à en sortir... Quand ils sont beaux j'ai la déception du réveil, mais quand ils sont mauvais j'ai ce poids sur la poitrine, comme quand j'ai regardé un film très triste ou quand j'ai écouté une chanson du même registre, ...

 

reve.jpg

 

C'est comme un malaise qui ne veut pas s'en aller,à la différence près que j'ai toujours considéré les rêves comme secondaires, n'ayant pas vraiment d'impact réel sur ma vie, et tout à coup je suis frappée d'une évidence impressionnante: j'en suis presque dépendante !! Me lever le matin en ayant investi toute mon énergie intellectuelle dans ma nuit est parfois très éprouvant :/ Evidemment je ne vais pas m'en plaindre, il y a bien pire dans la vie :) mais malgré tout, c'est questionnant, c'est intrigant, et pourquoi pas inquiétant, d'avoir une fois de plus la preuve brutale que je ne suis pas maître de mon cerveau, que c'est lui qui commande!!

Il me refuse la plupart des légumes, selon leur texture ou leur odeur, il se remplit de choses inutiles quand j'ai besoin de place, et il me refuse la quiétude d'une bonne nuit de sommeil en me replongeant dans de folles aventures alors que je viens de finir ma journée... Est-ce de la faiblesse? Vous qui tomberez sur ce blog par hasard, et qui aurez la force de venir à bout de cette note, répondez-moi ... répondez-moi ... mon coeur a peur de s'enliser dans aussi peu d'espace, condamné au bruit des camions qui passent, lui qui rêvait de champs d'étoiles et de pluies de jonquilles...