Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La Working Girl | Page d'accueil | Hautetfort : Chrome vs Firefox »

mardi, 02 février 2010

Coup de gueule sans conséquence, sans conscience


Sans déconner, qui est le con qu'a inventé l'Amour ? Pas le fleuve hein, je parle bel et bien de cette satanée dépendance affective qui tue tout le monde à petit ou moyen feu.Coeurd_amour.jpg

Non que j'abhorre l'Amour, mais sérieusement, le mec qui s'est dit un jour « allez aujourd'hui je m'y mets, je vais créer un truc mon gars tu vas en redemander au p'tit déj' et au dîner, et si t'en as plus ben t'auras envie de te foutre par la fenêtre !! », l'aurait p'tet fallu l'empêcher de nuire celui-là, non ?

Si encore c'était une substance illicite que la bienséance voulait prohiber, on saurait pourquoi on souffre quand on en manque, ça construit, ce genre de choses. Mais noooon !! Il fallait que ce soit une prérogative au bonheur, le but principal de toute une vie, de toutes les vies...


poeme-amour-coeur1.jpgEvidemment, l'Amour est sans doute une bonne chose la plupart du temps, quand il est familial, quand il est amical, mais encore et surtout, quand il est réciproque !! Je ne vous parle pas de ces Amours là, moi je vous parle de celui qui fait crever, aimer à sens unique, ou avoir connu l'amour et le voir disparaître, ou voir les garçons et les filles de son âge se promener dans la main deux par deux alors qu'on n'a jamais connu ça, savoir pertinemment que l'on ne connaitra jamais les sensations que procureront un premier baiser...

A vrai dire, même un dernier, ça irait.


Etre petit dans un monde qui ne veut que des GRANDS,
gros
dans un monde qui ne veut que des maigres,
bleu dans un monde qui ne veut que des verts...

Pour la vie. A jamais.

On aime sa famille, mais la famille ça vit sa vie aussi ... Les parents, ça s'en va avant vous. Et quand ils sont partis, que se passe-t-il ? On peut avoir des amis qu'on aime et qui nous aime, mais qui eux aussi vivent leur propre vie, amoureuse  pour la plupart...

Quels jurés, quel juge pourra prononcer une sentence contre la nature et engager quelqu'un pour vous aimer sincèrement ? Où qu'elle est cette justice universelle et insondable qui fera que tout le monde y trouve son compte ?
Doit-on à jamais courir après des sentiments, quitte à se satisfaire de tout ce qu'on pourra trouver, même si la passion ne sera pas au rendez-vous ?


Je ne sais pas, et pourtant "j'aimerais"

Les commentaires sont fermés.