Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DrEaMZiNcOlOrZ

J'aime l'orage. J'ai toujours adoré ça, depuis toute petite. Ca génère en moi des sentiments totalement contradictoires : émerveillée et terrifiée, envie de courir sous la pluie et de rester au chaud dans mon lit, de toucher un éclair pour voir ce que ça fait, consciente que je risque fort d'y rester ... Je me souviens quand je vivais à Berlin ... Ah oui, parce que "j'ai vécu à Berlin"... Bon, seulement 6 mois oui, et en Erasmus oui, BON D'ACCORD c'était pas vraiment Berlin, mais pas loin (Potsdam)... Raaah, cette passion de l'exactitude, c'était quand même plus classe de dire que j'ai vécu dans la capitale la plus cosmopolite d'Europe ! ... M'enfin.
Oui donc je disais que quand j'ai "passé un semestre en Allemagne en tant qu'étudiante Erasmus, j'ai eu l'occasion d'en voir un magnifique, pour la fête de la musique précisément,
(m'en souviens parce qu'on n'a pas pu sortir justement =( autre inconvénient de l'orage, faut pas avoir prévu une sortie de plein air, c'est sûr) bah c'était véritablement magiiiique, notre résidence universitaire était quelque part dans un no man's land un peu déprimant de jour, mais qui du coup était idéal pour voir le ciel se déchainer tranquille... Je m'égare, je sais.


J'ai toujours eu cette fâcheuse manie de partir dans tous les sens, j'ai énormément de mal à organiser mes pensées, souvent on m'appelle Bubulle, parce que Dori c'était déjà pris :/ Ce qui me fait penser également qu'il y a pas longtemps j'ai tué 2 poissons rouges (enfin jaunes) :s Non que j'abhorre particulièrement la biomasse aquatique, mais c'est le résultat malheureux de deux imbéciles qui croyaient bien faire. J'étais chez un ado à qui je donne des cours, et pendant la pause, l'envie nous a pris de changer l'eau des poissons (qui était, ne nous mentons pas, carrément trouble). Lui me dit qu'il faut toujours leur donner de l'eau à température ambiante, n'hésitant donc pas à augmenter la température de l'eau. Et plutôt que de protester, j'ai bêtement laissé faire. Je ne m'en suis toujours pas totalement remise ! Mais ce n'est rien comparé aux dits poissons qui ont fini à la poubelle =(


Pardon ? Ah, oui, je l'ai mentionné c'est vrai : en effet je donne quelques cours par-ci par-là, enfin en général c'est plutôt sous forme de renforcement (parfois construction) des bases, je ne fais pas vraiment de cours magistraux, pas très efficace j'ai remarqué... J'ai commencé à la fac, histoire d'avoir un peu d'argent de poche, et maintenant que les années fac sont finies (pas la série AB, mais mon parcours estudiantin), je continue, tant qu'à faire...
J'ai terminé mes études le mois dernier. J'étais étudiante en langues, j'ai commencé avec une licence LEA, que j'ai achevée avec quelque succès, et j'ai enchainé avec un master de Traduction et Documentation scientifiques et techniques.
Mémoire et rapport de stage soutenus début septembre, me voilà propulsée dans le monde des vrais grands, ceux qui paient le loyer et tout... C'est un peu effrayant, mais bon, quand faut gérer, faut gérer. Je ferai peut-être un second M2 l'année prochaine, donc pour le moment, il n'est pas question de m'installer dans une vraie vie professionnelle : je veux simplement avoir plusieurs petits boulots, donc en gros, je baby-sit, je donne mes p'tits cours, je traduis ...



Sinon, dans la vie, ça va. Je suis l'ainée d'une famille de 3 enfants avec des parents non divorcés, le cadre banal de moins en moins banal. Enfin bon, il y a des fantômes dans tous les placards, j'ai un père difficile à gérer, une mère géniale mais peu disponible (elle est amoureuse de son travail), un petit frère (21 ans le petit frère quand même) avec qui je m'entends très bien, la plupart du temps... Disons que quand il donne ses leçons d'experts de la vie, ou quand il fait preuve d'intolérance (notamment vis-à-vis de mon père), je l'encadre un peu moins, mais c'est anecdotique. Et la petite dernière, ma petite chérie, la petite gâtée de bientôt 9 ans, charmeuse et parfois sale caractère... ah, oui, et née grande prématurée aussi, j'allais oublier. Elle ne se déplace qu'en fauteuil roulant, elle commence à peine à parler. Je vous dirais bien que "c'est une gamine très intelligente" (ce qui est vrai), et que "son handicap n'est qu'un détail tant ses ressources sont inépuisables" (ce qui est d'autant plus vrai), mais je sais qu'en général on me répond sans me le dire que je ne suis pas objective... Je ne dirai donc qu'une chose : elle a le don de se mettre tout le monde dans la poche, absolument tout le monde.


Ah, oui, j'ai un chéri aussi. Depuis 5 ans. Relation passionnelle, fusionnelle, conflictueuse, compliquée, indispensable à ma survie mentale, difficile à gérer, pleine de ruptures, de déchirements, de souffrance, de complicité, d'humour, de tendresse et de feu... Trop naïf de dire que c'est l'homme de ma vie ? Tant pis je le dis quand même : c'est l'homme de ma vie. Il le sait, je le sais, nous le savons, c'est comme ça. Parfois, c'est le plus merveilleux des sentiments, parfois, on fait avec, c'est comme ça. Petit détail : relation à distance. Lourd, très lourd.



Et puis en vrac : bordélique, flemmarde, très bon public, cinéphile, sociable, manque de confiance en moi, hypersensible, serviable, égoïste (mais l'assume mal), un peu matérialiste parfois, et je m'enflamme vite, vite, vite ...


 


DrEaMz